Pour des guerriers...

Copie de l'article du Bien Public du samedi 21 février 2009 http://www.bienpublic.com/sports/autres/20090221.BPA3714.html (La poto de l'article a été prise lors des championnats 2006 oragnisée à la Combe Persil par l' ACR Dijon)

cross - PRé-FRANCE à brumath demain Pour des guerriers

Demain, c'est une grosse centaine d'athlètes côte-d'oriens qui se rendent à Brumath, avec le secret espoir de décrocher une précieuse qualification pour les très convoités championnats de France de cross d'Aix-les-Bains dans trois semaines. LA seule certitude, c'est qu'il faudra être fort. Très fort,. D'autant plus que les conditions météorologiques annoncées ne semblent pas les meilleures. Brumath, au nord de Strasbourg, où se déroulent les championnats interrégionaux nord-est de cross demain, n'est jamais le jardin des crossmen à la foulée aérienne et aux allures fendant la bise. Place à la boue, aux appuis fuyant et aux costauds. Les lauréats de cette édition et les qualifiés pour les « France », qui auront lieu à Aix-les-Bains le 15 mars, seront vraiment forts, c'est la seule certitude. Si l'écrémage est garantie, quelques représentants côte-d'oriens trouveront quand même la bonne porte de sortie. Du moins, on l'espère, avec plus d'une centaine d'engagés et treize équipes constituées au départ. Des chances sur le court Ainsi, depuis plusieurs saisons, les féminines de Chenôve, sur le cross long, répondent présentes à la grand-messe nationale du cross. Par équipes, Isabelle Ferrer, la championne de Bourgogne, Fettouma Brelaud, sa dauphine, Sabrina Ghandour, la championne de Côte-d'Or qui s'est également classée 9e des championnats de France militaire cette semaine, et Christiane Siri, devraient rentrer dans les cinq. Et même pourquoi pas monter sur le podium derrière d'intouchables Colmariennes et Nancéiennes. S'il n'y a que Paul Lalire qui puisse espérer un podium en espoirs sur le long, l'ACC pourrait en revanche être compétitif sur le court. Individuellement chez les filles, avec Nathalie Lapierre la championne régionale,et Sabrina Thiériot, et par équipes chez les garçons, avec Romain Dessendre, Adrien Alix, Guillaume Maldonado et Olivier Urlacher qui ont une belle carte à jouer pour prendre un de quatre billets pour les « France ». En difficulté Evidemment, il faudra également avoir un œil sur Edouard Thibaut, le champion de Bourgogne juniors, qui était déjà du voyage à Laval l'an dernier. D'ailleurs une catégorie qui sent la poudre puisqu'il faudra aussi compter sur les formations de l'ACR Dijon et du DUC, emmenées respectivement par Jérémy Crotet et Hugo Solignac, tout ce petit monde-là étant au coude à coude depuis les départementaux. A l'ACR Dijon, Inga Wagemester, sur le long, semble la mieux placée pour sortir des interrégionaux. Du côté du DUC, on ne s'attend pas non plus à une flopée de qualifications. Une équipe chez les juniors garçons donc, qui présente une formation assez homogène. S'il est première année, Sofiane Sali, champion de Côte-d'Or et vice-champion de Bourgogne cadets, devrait logiquement se porter aux avant-postes, même s'il aura une grosse concurrence bisontine. L'affaire ne sera pas simple non plus pour les deux formations ducistes du cross long. Chez les filles, Patricia Roney et Eugénie Clerc pourraient quand même décrocher des billets individuels. Chez les garçons, Thibaud Baudoin pourrait en faire de même, alors qu'Emmanuel David, qui ne sera sans doute pas aux « France » mais qui a retrouvé toute sa forme, devrait donner un peu plus de fil à retordre à Antoine De Wilde, même si le terrain avantagera plutôt le Nivernais. Sortant de concours et souffrant toujours du dos, Romain Vogt a mis un terme à la saison hivernale. Rendez-vous donc sur le 1 500 m cet été. La porte est ainsi ouverte aux sociétaires d'Athlé 21, pour la suprématie régionale du cross long, avec aux avant-postes Khalid Chahid et Franck Delrée. Même si les Semurois, emmenés par Pascal Hays, auront aussi leur mot à dire. A suivre également, sous le maillot d'Athlé 21, l'impressionnante armada des cadettes, qui ont jusqu'à présent tout raflé, en fédéral comme en scolaire. Stéphan Letourneau