Au coeur du Mont Ventoux avec Vincent Lauvergne

C e dimanche se déroulait la première étape du Challenge Endurance Salomon au pied du mont le plus célèbre de provence, souvent gravi par les cyclistes tant professionnels qu'amateurs.

Pour la 10 ème édition du Trail du Mont Ventoux, c'est un plus de 1200 concurrents qui s'élancèrent cette année pour 43.5 Km sur les 46 km prévus.

En effet, le redoux de cette semaine rendit trop dangereuse 2.5 km au sommet du mont.

50 des meilleurs mondiaux et les 100 meilleurs traileurs français étaient présent pour cette édition qui une fois de plus est support de la Coupe de France de Trail.

N'étant guère en forme cette semaine, et tenant une promesse faite, je parti dans la masse en milieu de peloton.

Logo-ventoux.jpg Le profil est trompeur, même les 5 premiers km sont une succession de petites côtes mais rien de bien extraordinaire quand on connaîtra la suite.

Et c'est parti à travers des pistes et des sentiers de crêtes (grave erreur de ma part d'être parti si loin au départ, je me retrouve coincé dans les bouchons)

En 1h, j'ai à peine réussi à parcourir 5,6 km, je suis dans le groupetto et doit attendre le moment propice pour me frayer un passage. Enfin cela se dégage un peu mais bien trop tard, je passe au 14 ème km en 2h30.

Dans ces conditions dur d'envisager moins de 6h00. Mais bon, on continue quand même d'y croire, surtout que depuis le 10 km, mon appareil photo est HS, et je pense à Bertrand (comment arriver à récupérer les photos).

Ca y est, nous sommes enfin dans les premiers névés mais malheureusement, la visibilité quasi nulle (1,5 m dans le brouillard) nous empêchera de voir le sommet. A ce moment là, je m'amuse vraiment comme un gamin descendant à fond dans la poudreuse, m'enfonçant de 40 cm par moment et manquant de glisser sur des parties plus glacé, mais quel bonheur.

Au 24 km, ma contracture au mollet se fait ressentir, Séverine compte sur moi samedi à Nuits, donc je lève le pied puis celle-ci  disparaît aux alentours du 32 ème km, 4h30 de course déjà effectuée. Bon je me résigne un peu en me disant que je suis en reconnaissance et que je ferais mieux l'année prochaine.

Enfin après un final qui ressemble à la seconde moitié du Trail des forts de Besançon, dans les pierriers, attention aux chutes (trop tard, je suis par terre) mais je garde le moral et repart de plus bel, un couple d'italien descendirent les dernières marches crispées comme pas possible, n'ayant pas de visibilité, je ne cesse de prendre les pieds dans les cailloux; j'arrive enfin à les dépasser à environ 3500 m de l'arrivée dans un petit ruisseau que nous descendons; et là surgit de nulle part, une femme déboule derrière me double et au moment de se rabattre se rattrape sur moi, et crack...

Résultat: je termine 559 ème sur 616 en 6h53' avec une entorse à la cheville droite.

Cela me ferait très plaisir d'accompagner Bertrand sur ces traces dans la nature sauvage mais me demande bien si c'est un Trail pour lui car les pentes sont très raides et les descentes usantes et très techniques, difficile de trouver un temps de repos, l'attention doit être présente du début à la fin. Mais si il décide de le faire tranquille histoire de passer du temps dans un cadre magnifique, je suis partant.