Marathon de Paris vu par Séverine

Marathon de Paris 35ème édition - 10 avril 2011

MP1.jpg

35ème km : « Même pas fatiguées ! »

Cette année encore l’Alsace et la Bourgogne se retrouvent à Paris pour tenter un 2° marathon sans objectif de performance le tout étant de finir comme l’an passé.

Les sœurs Colliot prennent donc le départ dans le sas 4 heures pour se sentir plus à l’aise et pour éviter de talonner les coureurs des ‘4h30 et plus’ mais sans prétention aucune. Et nous voilà emportées au rythme de la sono sur la plus belle avenue du monde à allure ‘échauffement’ sur 5km puis notre rythme de croisière est atteint, 10, 15,21, 25, au 30ème , au fil des animations et des stands de ravitaillement, on aperçoit déjà la Tour Eiffel, c’est bon signe!

Au 33ème kilomètre tout le monde déchante, il est midi, le soleil au zénith cogne et la chaleur alourdit les membres pourtant il reste encore 9km, les pancartes kilométriques semblent à présent défiler de moins en moins vite, on ne sait plus bien si on va lire 36 ou 38 sur la suivante, puis vient l’épreuve du Bois de Boulogne, cette dernière étape monotone et infinie où beaucoup capitulent… MP2.jpg

Non ! On ne va pas craquer 2km avant la ligne d’arrivée après tant d’investissement, il faut reprendre le dessus et faire abstraction du reste ! Au loin le panneau 42km nous nargue, nous sommes vraiment épuisées, il reste pourtant 195 mètres, ‘allez!’ je prends la main de Mathilde et nous, nous envolons vers l’arrivée, soudain le ‘bip’ de la puce retentit, c’est gagné en 4h35!

Moralité : ne jamais commencer à faire des marathons, fort risque de dépendance, moment magique et inoubliable qui vous transporte des jours et des jours encore après…

Séverine