SaintéLyon 2013 par Julien Harson

Retour sur la Saintélyon (75km, 1800m D+, 2100m D-), un raid pour « amateurs éclairés ».

Le départ est donné à 00h00 à Saint-Etienne. Nuit claire, - 6 degrés. J'ai réussi à me faufiler dans le premier sas pour éviter les bouchons à la sortie de la ville. Je reste sur mon rythme et ne me laisse pas entraîner par les coureurs en relais qui sont rapides.

Sorbiers km 6 . Premier chemin. J'allume la frontale. Elle clignote, signe de batterie faible. Je m'arrête pour prendre la frontale de secours. Je ne sais pas combien de temps les piles tiendront... La neige, tombée 10 jours auparavant, est complètement gelée. Je ralentis le rythme pour réduire les risques de chutes sur les plaques de verglas. C'est « Ice Show ». Je galère un peu avec ma frontale qui n'éclaire pas beaucoup. Je me retourne de temps en temps pour admirer le serpent lumineux. C’est magique.

1ere-photo.jpg

Saint-Christo km15 . Grosse ambiance au premier ravitaillement avec des spectateurs très nombreux et les feux de Bengale à la sortie du village. Je ne m'arrête pas. Nous alternons routes (frontale éteinte, économie d'énergie oblige) et chemins. Le verglas est un peu moins présent sur les crêtes, sauf dans la descente de « Plein Pot » où il fallait mieux y aller « mollo ».

Sainte-Catherine km 30 . Second ravitaillement. Cette fois je m'arrête. J'en profite pour regarder mon classement sur le livetrail, 396ème, je n'ai pas perdu de places. Un bénévole propose de changer les piles des frontales, sauf que j'oublie que j'ai une frontale à piles ! Je peine à remettre la machine en route à cause du froid. En sortant du village, j'ai les ischio droits qui durcissent. Je ne suis pas loin de la crampe. Mauvais signe, il reste 45km ! Je ralentis le rythme. Nous arrivons au Bois d'Arfeuille, un passage mythique de la SaintéLyon. Deux chaises (une verte et une rouge) traînent au bord du chemin. Des spectateurs nous encouragent au sommet, il est plus de 3h30, respect ! Sur le plateau, j'aperçois Lyon, à 40km...

2ème photo

Saint-Genoux km 41 . 70 places perdues mais pas de crampes. Ma stratégie a été la bonne, d'autant plus que le gros du dénivelé a été gravi. Je repars rapidement. Nous alternons chemins, routes, traversées de bois et de vergers.

Soucieu en Jarrest km 54 . 5mn de pause pour recharger les batteries avant de terminer par un semi-marathon. Davantage de routes que de chemins, ce qui me permet d'économiser la frontale. Je fais la sangsue à côté des lucioles. Le dénivelé est franchement négatif. J'accélère légèrement et commence à doubler pas mal de coureurs qui sont en train de coincer. Le jour commence à se lever.

Beaunant km 68 . Dernier ravitaillement. Un TUC et je repars aussitôt pour la montée de l'aqueduc (18%). Pas un seul coureur, que des marcheurs. Certains ont l'air de souffrir. Le temps de traverser le quartier de la Mulatière et le soleil se lève sur Fourvière. Un escalier de près de 200 marches à descendre (je n'ai pas vérifié) nous permet de rejoindre le quai rive droite de la Saône. Nous passons sous l'A7 (un peu glauque mais original) pour ensuite emprunter un trottoir entre l'A7 et le futur musée des Confluences. Des automobilistes klaxonnent et doivent probablement se demander ce que font ces « fous » à cette heure matinale. Traversée du Rhône et du parc de Gerland. Je continue à doubler. Seuls les relayeurs me dépassent.

Palais des sports km 75 . Après 8h37'36" d'effort, une dernière ligne droite, un dernier virage à droite et je rentre dans le palais des sports. Je relâche enfin la pression. Les émotions sont fortes. Je récupère mon tee-chirt finisher et me pose quelques instants pour profiter de l'arrivée. 415ème sur 5089 . Ma saison 2013 est enfin terminée. Place au repos pendant quelques semaines afin de préparer la saison 2014.

3eme-photo.jpg

Points positifs :

  • Le livre du 60ème anniversaire en cadeau souvenir,
  • Le parcours (56% trail, 44% route).

Points négatifs :

  • Enormément de déchets (gels) jetés tout au long du parcours,
  • Un repas d'après course asiatique à Lyon, bof,
  • Des douches à 400m de l'arrivée (c'est rien, mais après 75km, c'est dur).

Egalement présent Matthieu Tharion qui boucle celle-ci en 9h38'40" à la 1105 ème place sur 5089.